A propos

Les Frères Ennemis

Plus que toutes autres nations, la France et le Royaume-Uni sont des frères ennemis, des jumeaux dont l’histoire ne se fait pas sans l’autre depuis un millénaire : deux vieux Etats-Nations européens, anciennes puissances coloniales – quelque peu déclassées ; seules puissances nucléaires et seuls pays du continent (excluons la Russie, puissance en cours de re-globalisation) avec une capacité de projection militaire ; réseaux diplomatiques très sophistiqués et étendus, et seuls pays européens membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU (Russie exclue pour la même raison) ; haute fonction publique de très haute qualité ; PIB en volume et en structure très similaires (plus de 70% ou plus de services dans les deux cas) et populations au coude-à-coude. Tout ceci fait du Royaume-Uni un sujet insatiable de fascination jamais épuisé par les Français, notre sentiment oscillant constamment entre exaspération et admiration.

Le Brexit est une occasion d’examiner à nouveau ce pays qui vient de se surpasser dans le registre « ils sont vraiment fous ces Anglais ». Je vais me livrer à cet exercice dans ce blog au cours des mois qui viennent, car cet évènement systémique pour le pays, le plus significatif depuis 1945, est un bon prétexte pour une revue d’inventaire d’un Royaume-Uni que nous croyions connaître. Je vais essayer d’en profiter, en passant, pour tordre le cou à quelques clichés.

En somme, ma version de « Notes From a Small Island » de Bill Bryson.

Ma pertinence ?

Je laisse mes lecteurs juger. Né en France ; bilingue à 4 ans grâce à une mère un temps expatriée à Londres et au Texas ; mari et père (3) ; résident au Royaume Uni (+30 ans) ; binational (2 passeports) ; avocat d’affaires français et solicitor anglais ; passionné de rugby (coach et arbitre diplômé), d’histoire militaire, de géopolitique, de musique russe, de cinéma (Stanley Kubrick / David Lean) ; auteur d’articles et d’ouvrages, et intervenant tous médias sur le droit comparé français-anglais et les relations entre nos deux pays – et le Brexit (!) ; avide lecteur de bandes dessinées (Jacques Tardi).

Associé d’un cabinet de solicitors anglais ; président d’un think tank du gouvernement français ; membre du conseil d’administration d’un organisme consulaire.  Les opinions que j’expriment ici sont strictement personnelles et ne reflètent pas nécessairement celles de ces organisations.

 

Le Brexit est une occasion d’examiner à nouveau ce pays qui vient de se surpasser dans le registre « ils sont vraiment fous ces Anglais« . Je vais me livrer à cet exercice dans ce blog au cours des mois qui viennent, car cet évènement systémique pour le pays, le plus significatif depuis 1945, est un bon prétexte pour une revue d’inventaire d’un Royaume-Uni que nous croyions connaître. Je vais essayer d’en profiter, en passant, pour tordre le cou à quelques clichés.