Brexit is so last year darling…

Fin décembre 2020, après la signature du Traité, je me réjouissais avec soulagement d’avoir eu tort – j’avais écrit peu après le vote de juin 2016 que le processus de sortie prendrait une décennie. Hors 5 ans et demi après le référendum, loin de passer à autre chose, les britanniques ouvrent une nouvelle phase de négociation. C’est ‘frustrant’ comme dit le fameux euphémisme anglais ! Et malgré tout, les entrepreneurs continuent d’entreprendre

Le Royaume-Uni est réellement sorti de l’UE le 1er janvier 2021 – la sortie ‘officielle’ reste le 31 janvier 2020, mais la période de transition de 11 mois a maintenu le status quo ante. Alors que la pandémie semble (peut-être ?) en voie d’être maitrisée, et qu’on pensait enfin pouvoir passer à autre chose de plus constructif en 2022, voilà que Brexit se réinvite au menu des dossiers chauds. Une affaire qui n’en finit pas de finir…

Royaume-Uni automne 2021, ou le paradoxe de Schrödinger

En 1935, le physicien allemand Ernst Schrödinger a exposé sa fameuse expérience (théorique !) du chat simultanément mort et vivant comme une illustration de ce qu’il pensait être un aspect absurde de la nouvelle théorie de la mécanique quantique exposée par ses collègues Einstein, Podolsky et Rosen. La théorie dominante dit qu’un système quantique reste en superposition jusqu’à ce qu’il interagisse avec, ou soit observé, par le monde extérieur. Lorsque cela se produit, la superposition s’effondre dans l’un ou l’autre des états définis possibles – le ‘paradoxe’ du chat simultanément mort et vivant à en croire Schrödinger.

Les spécialistes de la physique quantique me pardonneront ce raccourci un peu ‘Wiki’ qui ne fait justice ni à la physique quantique ni à ces illustres physiciens. C’est toutefois la meilleure explication sur l’état du pays, qui semble vivre ce paradoxe de Schrödinger – en mode Brexit, le pays est simultanément dans un état et son contraire :

= > les automobilistes font la queue aux stations-services qui se vident de carburant en quelques heures MAIS en même temps il n’y a pas de pénurie d’essence

= > le pays a quitté le Marché Unique, mettant fin à la libre circulation des personnes et a instauré un nouveau régime migratoire, MAIS en même temps cela n’a rien à voir avec le départ de nombreux ressortissants européens et la pénurie de main d’œuvre dans les secteurs de l’hospitalité, de l’agro-alimentaire et des transports routiers, qui provoque de fortes perturbations dans les chaines de distribution

= > le gouvernement de Boris Johnson a célébré son succès d’avoir négocié et signé l’Accord de Commerce et de Coopération avec l’EU le 24 décembre 2020 et le Protocol on Ireland/Northern Ireland (le Protocole, signé en parallèle de l’accord de retrait); c’était la réalisation de sa promesse d’un Brexit « oven-ready » pour reprendre le slogan de sa campagne électorale aux élections du 12 décembre 2019 qui lui ont donné la plus forte majorité conquise par les Conservateurs depuis 1987), MAIS en même temps le gouvernement dénonce cet accord qu’il a négocié et signé il y a moins d’un an comme mauvais pour l’Irlande du Nord et menace de déclencher l’Article 16 comme prélude à une renégociation du Protocole

= > la Ministre de l’Intérieur Priti Patel célèbre la fin de la libre circulation devant les fidèles du Parti Conservateur en extase, MAIS en même temps le gouvernement prévoit l’émission de 5 000 visas d’urgence aux chauffeurs routiers européens pour faire face à la grave pénurie de main d’œuvre dans ce secteur ; dans la même veine, le Ministre des Transports Grant Shapps autorise le ‘cabotage’ par les camionneurs européens au Royaume-Uni (capacité à opérer dans le marché domestique britannique), sans que les routiers britanniques n’aient le même accès au marchés européen; les réseaux sociaux ironisent sur la soi-disant reprise de contrôle des frontières qu’on croyait synonyme avec Brexit

= > les entreprises sont seules responsables de cette pénurie, tellement elles sont ‘dopées’ à la main d’œuvre bon-marché importée ; le gouvernement les enjoint de recruter localement et de payer décemment, MAIS en même temps les Conservateurs au pouvoir depuis plus d’une décennie se sont fait les chantres de la ‘flexibilité’ de la main d’œuvre et promu les contrats précaires (« zero-hour contracts »).

La liste est longue de ces paradoxes qui démontrent – le fallait-il ? – que Brexit n’est pas ancré dans la réalité mais la poursuite avec un zèle quasi-religieux et contre toute logique d’un futur idyllique qui n’existe évidemment pas. Tout n’est pas ‘la faute à Brexit‘ évidemment, mais la capacité des zélote du Brexit à dire tout et son contraire , avec un aplomb sans parallèle, continue à générer une sorte d’horrible fascination.

Un dernier paradoxe est que malgré ce climat politique délétère, le chômage est au plus bas, l’économie se redresse et l’activité de fusions & acquisitions (baromètre comme un autre) est florissante.

Nostalgie et fake news, toujours les deux mamelles du Brexit

L’automne est la saison des congrès annuels des partis politiques et le climat ‘sous-la-tente-avec-les-fidèles’ n’est pas propice à la modération et la nuance. Outre les incantations aux entreprises à mieux payer leurs salariés que j’ai déjà mentionnées, on a assisté à un basculement sur la communication post-Brexit. Les Brexiters avaient clamé pendant la campagne pour le référendum de 2016 que les lendemains seraient radieux, à grands renforts de « fake news » sur, entre autres, la vague migratoire incontrôlée – l’équivalent de la population totale de la Turquie pourrait tenter de rentrer au Royaume-Uni, entre autres énormités. Puis les même Brexiters ont passé le plus clair des 4 années suivantes à pester contre les Remainers qui sabotaient leur beau projet – oubliant assez vite qu’ils avaient eux-mêmes rejeté l’accord négocié par Theresa May et qui n’introduisait pas de frontière en Mer d’Irlande (le sujet qui fâche du moment).

Devant les preuves de plus en plus irréfutables des effets réels du Brexit ¹ la nouvelle posture est que la transformation du pays ‘grâce au Brexit‘ sera bien sûr un peu difficile, le pays doit d’adapter à un nouveau contexte, mais l’eldorado n’est pas loin, le jeu en vaut la chandelle, retrouvons l’esprit du Blitz, etc. ! Entretemps, habituez-vous aux ruptures de stock intempestives dans les supermarchés, à faire la queue à la station-service et à ne pas trouver de dindes pour Noël (ou alors elles seront discrètement importées de France et de Pologne car les éleveurs locaux n’ont pas assez de main-d’œuvre qualifiée, laquelle venait d’Europe de l’Est à la belle époque de la libre circulation). Cette sorte d’incantation qui se donne des accents de Churchill à la petite semaine s’accompagne d’un appel à un retour à un passé forcement radieux. Ian Duncan-Smith (IDS, ancien chef éphémère et palot des Conservateurs en 2001-2003, dans les années post raz-de-marée New Labour), voulant encourager les britanniques à revenir travailler à leurs bureaux, écrit dans le Daily Mail que « dans les années 40, ils [nos aïeux] continuaient à venir au bureau sous les bombes d’Hitler »… Cette nostalgie d’un passé révolu qui était forcément paradisiaque est l’un des ressorts importants du Brexit – de manière perverse, elle est souvent invoquée par ceux qui n’ont pas vécu ce passé traumatique, mais par la génération suivante. Les tweets ironiques ont répondu à IDS que l’internet et Zoom n’existaient pas encore en 1940, d’autres ont soulignés que des centaines de milliers de gens, y compris des fonctionnaires, avaient été évacués en province au début de la Deuxième Guerre Mondiale.

French bashing

Dans ce climat délétère, les relations avec la France sont au pire. On mentionnera pêle-mêle : la pêche ; les sous-marins australiens ; la traversée de la Manche par des masses de migrants illégaux que la France laisse passer (bien sûr). Il faut s’attendre à ce que le French bashing, la rhétorique et les mauvaises blagues anti-françaises, continuent de prospérer, avec force référence à la Deuxième Guerre Mondiale dans la presse de caniveau qui est une spécialité locale. Je faisais observer récemment à un ami journaliste français établi à Londres qu’en plus de 33 ans de relations personnelles et professionnelles France – Royaume-Uni, je n’avais jamais connu pire. « Même en 2003 et la deuxième guerre irakienne ? » observait-il. Oui, même comparé à cet épisode très grave dans nos relations – laquelle s’est rétablie assez vite sur la base d’une confiance mutuelle renouvelée (les Traités de Lancaster House de 2010 sur la coopération en matière de défense et de sécurité en sont un excellent exemple). La différence entre 2003 et 2021 ? La nature et le comportement du personnel politique au pouvoir au Royaume-Uni en 2021, soit un gouvernement plus axé sur la fidélité que sur la compétence. Je viens de visionner « Blair & Brown : The New labour Revolution », documentaire de la BBC retraçant la genèse de la montée au pouvoir des deux premiers ministres travaillistes et leur règne de 13 années. Qu’on adhère ou pas aux choix politiques du New Labour, le film provoque d’abord un fort sentiment de nostalgie pour cette période dorée du « Cool Britannia » et du « Britain is Great » (ce slogan très habilement décliné par les pouvoirs publics pour ‘vendre’ la destination Royaume-Uni aux investisseurs du monde entier avec énormément de succès). Ce film met aussi en évidence l’intelligence visionnaire de gouvernements successifs qui, s’ils ont bien sûr commis des erreurs, ont transformé la société britannique en profondeur. Enfin, ils avaient aussi la compétence et le talent pour gouverner, au-delà des choix politiques auxquels on est libre d’adhérer (ou pas). C’est dire à quel niveau nous sommes tombés que d’admirer la simple compétence d’un gouvernement… Le gouffre qui sépare les années Blair-Brown du gouvernement actuel est proprement abyssal.

L’Irlande se réinvite malgré elle dans le débat et la négociation reprend…

Les conséquences pour l’Ile d’Irlande avaient été largement oubliées dans la campagne du référendum – en Angleterre en tout cas. Comme on le sait, le sujet est devenu LE point d’achoppement de la séparation. La solution finale est bancale car elle tente une cadrature du cercle impossible : (i) absence de frontière entre le Nord et le Sud ; (ii) l’Irlande du Nord reste dans le marché unique de marchandises de l’UE mais ; (iii) continu d‘être une partie intégrale du Royaume-Uni, établissant de facto une frontière interne au Royaume-Uni (en Mer d’Irlande) – solution que Theresa May avait d’ailleurs rejetée (« Aucun Premier ministre britannique n’accepterait de séparer l’Irlande du Nord du reste du pays »). Le Traité signé le 24 décembre 2020 et le Protocole irlandais établissent de fait cette frontière. Il était prévu une prolongation de la période de transition (pas de contrôle en Mer d’Irlande) jusqu’en avril 2021. Il s’agissait de laisser le temps au Royaume-Uni de mettre en place les mesures de contrôle à la nouvelle ‘frontière’. En mars, le gouvernement annonçait qu’il prolongeait unilatéralement ce moratoire au moins jusqu’en octobre. Nous sommes donc à un énième moment de vérité pour le Brexit : l’UE a fait cette semaine des propositions pour tenter de sortir de l’impasse, à savoir des assouplissements dans les conditions de contrôle de la nouvelle frontière de Mer d’Irlande, éliminant dans certains cas la grande majorité des contrôles sur l’axe Grande-Bretagne < = > Irlande du Nord, en particulier sur les produits alimentaires. Développement bien accueilli par les PME nord-irlandaises. De son côté, le gouvernement britannique ‘prépare le terrain’, mais au lieu de déminer, il envoie des signaux très agressifs sur ses intentions d’enclencher les mécanismes de règlement des différends du Protocole, en particulier le fameux Article 16 qui permet à chacune des parties de prendre des mesures unilatérales si sa mise en vigueur provoque « des difficultés sérieuses et pérennes en matière économique, sociétale ou environnementale ou une perturbation significative des échange commerciaux ».

Donc c’est finalement sous la pression du gouvernement britannique qui a publié ses demandes en juin dernier que l’UE vient de faire des propositions (le 13 octobre) pour aménager les conditions d’application du Protocole. L’approche des britanniques est de demander l’impensable, c’est-à-dire une réécriture du Protocole qu’ils ont négocié et signé il y a quelques mois. Ils constatent que cette méthode obtient des résultats puisque l’UE revient à la table des négociations, même à contrecœur. Ce qui démontre qu’être conciliant peut dans certains cas n’amèner que des demandes supplémentaires – on a en tête une comparaison audacieuse (je pense Sudètes et Munich…). Une PME basée en Irlande du Nord confiait par ailleurs que le fait d’être restée dans le Marché Unique de marchandises après le 31 décembre dernier avait été une aubaine – et on rappellera enfin pour mémoire que la province a voté majoritairement pour rester dans l’UE en juin 2016.

Le 12 octobre, veille de la publication des propositions de l’UE, Sir David Frost, négociateur en chef du Traité et membre du gouvernement, répétait les griefs du Royaume-Uni dans un discours à Lisbonne. Illustration parfaite des deux approches fondamentalement différentes : l’UE accepterait d’aménager les conditions d’application du Protocole, alors que les britanniques veulent tout bonnement le réécrire. Ils en rajoutent, en remettent en cause le rôle de la CJUE comme instance de règlement des différends.

Ça pourrait mal finir

Le risque d’une escalade est réel – l’UE réfléchit déjà à la meilleure manière de réagir aux infractions persistantes du Royaume-Uni, qui a franchi une étape supplémentaire avec cette annonce par la bouche de Lord Frost que le Protocole n’a plus de sens. Il sait aussi pertinemment que remettre en cause le rôle de la CJUE est une ligne rouge de l’UE. S’ajoute en toile de fonds une petite musique discordante émanant de certains extrémistes sur la nécessité de renégocier le Good Friday Agreement (1998). Ce texte est fondateur de la paix irlandaise et la base de la fin des « Troubles » comme on appelle pudiquement la la guerre civile de près de trente ans en Irlande. Pour le gouvernement irlandais et Bruxelles, c’est « no pasaran !»

S’il devient apparent que les britanniques ne s’engagent pas dans le nouveau processus de négociation avec sincérité, les options pour l’UE :

= > ‘frappes chirurgicales’ – sur la pêche ; sur les services financiers (un accord est toujours en négociation) ; l’énergie ; etc.
= > option ‘nucléaire’ – suspension ou dénonciation du Protocole, c.-à-d. application stricte des barrières douanières ; mais l’UE a-t-elle les moyens de mettre en vigueur des mesures qu’elle a en fait déléguées au Royaume-Uni, car cette ‘frontière’ Irlande du Nord < = > Grande-Bretagne se trouve à l’intérieur du Royaume-Uni ?

Ça va être pire avant de s’améliorer, sans empêcher les entrepreneurs d’entreprendre

Fin décembre 2020, après la signature du Traité, je me réjouissais avec soulagement d’avoir eu tort – j’avais écrit peu après le vote de juin 2016 que le divorce prendrait une décennie. Hors 5 ans et demi après le référendum, loin de passer à autre chose, s’ouvre une nouvelle phase de négociation. C’est ‘frustrant’ comme dit le fameux euphémisme anglais…

Nous entrons dans une période compliquée, ce qui est rageant car il semblerait que l’économie se redresse et que malgré les nombreux défis, notre dialogue avec les entreprises fait état d’une année 2022 fructueuse d’opportunités. N’est-il pas ironique d’ailleurs que les apôtres du Brexit soient maintenant forcés d’en retarder la pleine application face aux difficultés liées à la fin de la libre circulation qui en était un des piliers ? Le marché a finalement raison. Et double ironie puisque les Brexiters au pouvoir sont des chantres du laisser-faire et du moins d’Etat, hors ils sont contraints d’intervenir pout mitiger les effets négatifs de leur cher Brexit. Les même Brexiters s’étaient opposés en son temps à l’accord négocié par Theresa May car la nouvelle relation avec l’UE auraient toujours été trop conviviale à leur goût – cette sorte de purgatoire avait reçu le sobriquet de «BRINO» (« Brexit In Name Only »). Est-on en train d’assister à un BRINO rampant ?

Pour terminer sur une note positive, il est rassurant d’entendre les PME d’Irlande du Nord se montrer favorables à la continuité de relations commerciales étroites avec la République. Il semblerait finalement que le commerce l’emporte et que les entrepreneurs continuent d’entreprendre, malgré les gesticulations politiques, aussi nauséabondes soient-elles.

Passez une belle fin d’automne.

Olivier MOREL
16 octobre 2021

¹ Consulter avec profit la ‘comptabilité’ tenue par R Daniel Kelemen, Professor of Political Science and Law and Jean Monnet Chair in European Union Politics at Rutgers University https://twitter.com/rdanielkelemen/status/1348964732104007680

« Theresa May, Death Star of Modern British politics » – Matthew Parris dans The Times

L’UE craint aussi de prolonger ces négociations au-delà des élections européennes de mai, qui pourraient donner naissance à un Parlement beaucoup plus eurosceptique. La belle et improbable unité des 27 pendant près de 3 ans pourrait bien se fissurer. Accorder un délai supplémentaire au UK uniquement pour continuer sa ‘crise existentielle’ ne fait-elle pas que prolonger l’agonie et risquer la contagion ?

La semaine dernière était le half-term, semaine de congés de février pour les écoliers britanniques, et souvent leurs parents. Nous pensions avoir bien mérité le droit de reprendre notre souffle, de ne plus parler de Brexit pendant quelques jours, le temps d’aller se changer les idées sur les pistes des Alpes en feignant d’oublier qu’il ne reste que quelques semaines d’appartenance à l’Union européenne. Manque de chance, le Brexit s’invite partout et tout le temps. Pour ceux qui ont débranché pendant une semaine, cours de rattrapage.

Vous avez dit TIG ?

Huit députés travaillistes et trois conservateurs démissionnent de leur partis respectifs pour former The Independent Group (TIG).  Difficile de dire quelle influence ce dernier rebondissement pourrait avoir sur le Brexit. En tout état de cause, cela ne change pas l’arithmétique de vote au Parlement, puisque ces 11 députés sont tous pro-européens et tous contre un No Deal -leur appui pour un nouveau référendum est plus nuancé . Ils voteront donc contre le gouvernement, ce qui ne change pas. Un neuvième député travailliste a aussi démissionné du parti, sans rejoindre le TIG . La conséquence immédiate concrète est de confirmer à l’UE – si besoin était – que Theresa May et Jérémy Corbyn ont perdu le contrôle de leurs partis respectifs, et qu’ils sont des interlocuteurs peu fiables. Par conséquent, faire des concessions au Gouvernement britannique est futile.

Le gouvernement éclatera-t-il ?

En début de semaine, une douzaine de ministres, secrétaires d’état et anciens ministres et/ou poids lourds – Justine Greening et Dominic Grieve entre autres – ont dit explicitement à Theresa May qui si le Gouvernement ne prend pas des mesures concrètes contre le No Deal cette semaine – c.à.d. en pratique une demande formelle à l’UE d’une prolongation au-delà du 29 mars 2019 – ils démissionneraient du Parti Conservateur. De leur côté, les ultra-Brexiters, sous la bannière du groupement de députés ERG (European Research Group, l’extrême droite anti-européenne, que les conservateurs Remainers accusent d’être un parti dans le parti), menacent Theresa May qu’ils feront « tomber le gouvernement » si le UK ne quitte pas l’UE le 29 mars. Sont-ils crédibles ? On se souviendra que ce sont les mêmes qui avaient fomenté la tentative ratée de renverser le PM avant Noël (motion de censure contre Theresa May au sein du Parti Conservateur).

Samedi 23 février : le Ministre du Commerce et de l’Industrie Greg Clark, la Ministre du Travail et des Retraites Amber Rudd et le Secrétaire d’Etat à la Justice David Gaucke enfoncent le clou dans un article publié dans le très populaire Daily Mail : ils y enjoignent le PM à demander à Bruxelles une extension au-delà du 29 mars s’il n’y pas d’accord, plutôt que de laisser le pays quitter l’UE sans accord. La ligne officielle du gouvernement continue d’être un départ le 29 mars coûte que coûte. Theresa May, en route pour le sommet de Sharm El Sheikh, répond qu’un nouveau vote sur l’accord de sortie aurait lieu avant le 12 mars, soit 17 petits jours avant la date fatidique de sortie officielle. Les critiques virulentes de sa politique et de son style se déchaînent : « She’s not normal. She’s (…). Extraordinarily uncommunicative ; extraordinarily rude in the way she blanks people, idea and arguments (…) Theresa May (…) is the Death Star of modern British politics (…) a political black hole ». Je vous invite vivement à lire cet article de Matthew Parris (The Times du 22 février en ligne, version papier 23 février), journaliste éloquent et respecté, ancien député conservateur de l’ère Margaret Thatcher. Anna Soubry, députée conservateur porte-drapeau des anti-Brexit et qui a démissionné pour rejoindre ses collègues travaillistes et conservateurs au sein du TIG, renchérit : « Elle (Theresa May) a une véritable obsession, qui date de longtemps et qui est bien au-delà du normal, sur l’immigration ».

 Une histoire de porte-avions japonais

Honda annonce qu’il ferme son usine de Swindon dans les 3 ans, 3 500 emplois directs en jeu. Ce n’est rien de dire que l’onde de choc a été importante : première fermeture d’une usine par Honda dans l’histoire du constructeur, qui dément que ce soit lié au Brexit, mais l’incertitude qui dure a évidemment pesé dans leur décision. Peut-être aussi le nouvel accord de libre-échange Japon-UE qui diminue la pertinence du rôle du UK de ‘porte d’entrée’ vers le marché européen que le pays a joué depuis 4 décennies – Jacques Calvet (PSA) n’avait-il pas en son temps accusé le UK d’être « un porte-avions japonais au large des côtes européennes » ? Est-ce une page qui est en train de se tourner pour le Royaume-Uni ?

Sir Ivan Rogers

Vu Sir Ivan Rogers mardi 19 février. Pour mémoire, ambassadeur du UK auprès de l’UE, il avait démissionné début janvier 2017 devant l’incapacité du gouvernement à écouter les conseils de ce diplomate chevronné, grand connaisseur de la machine bruxelloise sur la meilleure façon d’aborder les négociations avec l’UE. Il a depuis recueilli ses réflexions sur le Brexit dans « 9 Lessons in Brexit » – il donne des conférences sur le sujet https://news.liverpool.ac.uk/2018/12/13/full-speech-sir-ivan-rogers-on-brexit/. Je lui ai demandé son avis sur la possibilité que l’UE accorde un délai si le UK le demande : selon lui, les hauts fonctionnaires (Sabine Weyand, bras droit de Michel Barnier, en tête) seraient contre : ils sont ulcérés par la crise identitaire du parti conservateur et du UK qui tient en otage le reste de l’UE. Par contre, Ivan Rogers pense que les chefs d’Etat et de Gouvernement seraient disposés à accorder à Theresa May ce délai jusqu’au 30 juin parce qu’ils ont une sensibilité plus ‘politique’, même si leur exaspération est tout aussi palpable. Mon avis est que l’UE craint aussi de prolonger ces négociations au-delà des élections européennes de mai, qui pourraient donner naissance à un Parlement beaucoup plus euro-sceptique. La belle et improbable unité des 27 pendant près de 3 ans pourrait bien se fissurer. Accorder un délai supplémentaire au UK uniquement pour continuer sa ‘crise existentielle’ ne fait-elle pas que prolonger l’agonie et risquer la contagion ? Ivan Rogers pense aussi qu’en cas de prolongement de 3 mois, on risque de ne faire que retarder le scénario No Deal au 30 juin. L’UE vient d’ailleurs de faire savoir qu’une prolongation de deux ans était à l’étude – mais n’est-ce qu’un message aux Brexiters de se dépêcher d’appuyer l’accord pour ne pas risquer de voir le Brexit leur échapper ? Certains pensent en effet que Bruxelles essaie d’aider Theresa May en jouant aussi la montre, pour placer les députés britanniques devant un choix draconien de dernière minute et leur forcer la main : le deal signé le 25 novembre 2018, ou No Deal.

La vie (des affaires) continue

Note plus optimiste, nous continuons de travailler pour des clients qui s’implantent ici : deux groupes avec de beaux projets la semaine dernière – secteurs énergies renouvelables et média/digital – et quatre deals d’acquisition de cibles UK pour des groupes européens qui devraient conclure dans les semaines à venir. Le UK n’a donc pas dit son dernier mot, mais les entreprises continuent de désespérer que le deal soit enfin signé pour mettre fin à l’insupportable incertitude. En attendant, elles doivent dépenser temps et argent pour prévoir un No Deal – stockage ; revue des contrats clients/fournisseurs ; apprentissage des processus d’export pays tiers ; etc. Et peut-être pour rien, si l’accord est finalement signé ou une prolongation accordée, in extremis

La politique, encore la politique, toujours la politique

Prochaine échéance politique : mercredi 27 février, le Parlement pourrait à nouveau voter sur le « Cooper-Boles amendment », du nom des 2 députés Labour et Tory qui avaient essayé en vain de le faire voter fin janvier, vote perdu de 27 voix. Il est depuis devenu le « Cooper-Letwin amendment », Oliver Letwin étant un député conservateur moins controversé pour les Brexiters du parti, contrairement à Nick Boles – décidément on ne sort pas des petites cuisines politiciennes… Le but de cet amendement est que le Parlement puisse reprendre un certain contrôle du processus du Brexit en plaçant sur le Gouvernement une obligation légale de voter une nouvelle loi pour demander une extension formelle du délai de 2 ans prescrit par l’Article 50, en l’absence de ratification d’un accord le 13 mars. RV après-demain 27 février pour le prochain épisode de la saga Brexit

Bonne semaine.

Olivier MOREL

25 février 2019

PS – L’encre n’est pas encore sèche sur cet article que le Parti Travailliste déclare se prononcer pour un second référendum. La nouvelle la plus significative depuis longtemps… ou une manœuvre tactique politicienne pour couper l’herbe sous le pied des 8 défecteurs de la semaine dernière et stopper l’hémorragie, sur le mode « vous demandez un référendum, on vous le donne », suivi de tergiversations sur les détails – attendons donc les small prints avant de célébrer !

L’Union Européenne doit-elle siffler la fin de la recré ?

Il est hors de question de s’immiscer dans la politique interne du pays, mais la pagaille et le coût économique et social que risqueraient de déclencher un Hard Brexit ne sont pas non plus une perspective que souhaite l’UE. Son intérêt est donc aligné sur celui de Theresa May : la ratification de l’accord signé à Bruxelles le 25 novembre.

Le curseur du paysage politique du Royaume Uni est plus que jamais bloqué sur deep freeze : depuis la signature de l’accord de retrait et la déclaration politique le 25 novembre 2018 à Bruxelles, on n’a pas avancée d’un pouce vers un accord de sortie du Royaume-Uni le 29 mars 2019, dans 65 jours : Theresa May a annulé le vote de ratification de l’accord au Parlement une première fois avant Noël, tant la perspective d’une défaite était évidente. Mais quand le texte a enfin été soumis aux députés le 15 janvier 2019, l’ampleur de la déroute du gouvernement a été au-delà des prédictions les plus pessimistes : une marge de 230 députés – 202 pour, 432 contre. Il faut remonter à près d’une siècle (1924, gouvernement minoritaire du Premier ministre travailliste Ramsey MacDonald) pour trouver une défaite comparable – trois votes perdus de 140, 161 et 166 votes, les élections qui suivent donnent une majorité aux Conservateurs de Stanley Balwin qui devient Premier ministre. Theresa May a perdu avec une marge bien plus impressionnante et en temps normal, dans la foulée d’un tel cataclysme parlementaire, le Premier ministre aurait présenté sa démission dans l’heure. Mais ce ne sont pas des temps normaux. La motion de censure déposée par Jeremy Corbyn au nom de l’opposition travailliste le lendemain a été rejeté par le Parlement par 325 voix contre 306 – la discipline de parti est momentanément réapparue.

Le calendrier du Brexit, évènement le plus important pour le Royaume-Uni depuis la guerre, est donc soumis aux vicissitudes de petits calculs politiciens, et il est totalement paralysé : un gouvernement zombie, qui ne peut rien faire voter, mais qui ne change pas de ligne non plus. De prétendues concertations avec les autres partis ; un soi-disant Plan B qui n’est qu’un Plan A bis ; les suggestions absurdes et sinistres – renégociation des Accords du Vendredi Saint qui ont sanctionné la fin de la guerre civile en Irlande du Nord en 1998, pour lever les objections sur le fameux backstop, qui garantie l’absence de frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord et l’intégrité du marché unique ; les tentatives pathétiques et maladroites de diviser les membres de la coalition au pouvoir à Dublin ; tout est bon pour gagner du temps, mais ces artifices dissimulent mal l’objectif de la Première ministre : utiliser le temps qui passe pour acculer les députés à voter pour l’accord signé avec Bruxelles, plutôt que d’avoir la responsabilité d’un Hard Brexit sans accord le 29 mars 2019.

Il existe bien une majorité de députés contre ce No Deal Brexit, mais ils ont voté massivement contre le deal de Theresa May pour des raisons très différentes – les Brexiters ultra car cette forme de Brexit ne satisfait pas leurs fantasmes de souveraineté retrouvée ; les Remainers et pro-Brexit modérés, car cet accord représente une absurdité comparée à l’appartenance à l’UE – les obligations sans avoir voix au chapitre, cela vide de sens le fait de quitter l’Union ; et la stratégie de la direction travailliste qui est de faire tomber le gouvernement coûte que coûte.

Une autre raison essentielle de la paralysie du Parlement est que les députés, unis contre l’accord de Theresa May, n’arrivent pas à s’entendre sur ce qu’ils veulent – sans parler du fait qu’en l’absence d’un parti politique regroupé derrière une seule idée, la mécanique parlementaire rend très difficile la tâche de s’organiser pour voter pour une solution. L’absurdité est donc que, même si la grande majorité des députés est contre le No Deal Brexit, on risque fort d’y arriver par accident. L’histoire pourrait être sévère à l’endroit de députés qui ont voté sans état d’âmes pour un référendum, sans même imposer de lignes rouges, comme une majorité qualifiée ; ils ont voté pour le déclenchement de l’Article 50 en mars 2017, sans savoir ce que le pays voulait vraimentet sans connaitre la destination ; et maintenant qu’il y a un accord en vue, ils semblent se réveiller enfin et réaliser l’état déplorable du pays ; ils rejettent l’accord négocié depuis plus de 2 ans qui, aussi imparfait soit-il, a le mérite d’exister et d’éviter une possible sortie de route le 29 mars 2019. Le monde des affaires n’aime pas non plus cet accord, mais est disposé à se boucher le nez et lui apporter son appui, ne serait-ce que pour gagner un peu de temps et s’organiser, avec une période transitoire près de deux ans, peut-être plus si elle était prolongée.

Quel rôle l’Union européenne peut-elle jouer face à ce chaos ?

Il est hors de question de s’immiscer dans la politique interne du pays, mais la pagaille et le coût économique et social que risqueraient de déclencher un Hard Brexit ne sont pas non plus une perspective que souhaite l’UE. Son intérêt est donc aligné sur celui de Theresa May : la ratification de l’accord signé à Bruxelles le 25 novembre 2018.

Outre les mécanismes parlementaires décrits plus haut, qui font obstacle à une vraie majorité pour éviter un Hard Brexit, l’autre raison de cette paralysie est que les parlementaires ont essentiellement trois choix : (i) Deal Theresa May ; (ii) Hard Brexit ; (iii) pas de Brexit. Comme on le sait maintenant, s’il existe une majorité contre le Deal Theresa May, il n’existe pas de majorité pour l’une des autres options. Dans le dernier cas – pas de Brexit – l’espoir de nombreux Remainers est l’organisation d’un deuxième référendum qui reviendrait sur la décision du 23 juin 2016, maintenant que le pays est mieux informé sur les véritables enjeux de la sortie de l’UE et les mensonges et rêves impossibles que les Brexiters ont vendu à la Nation (que les réseaux sociaux ont baptisés unicorns, avec un mélange tout britannique de poésie et de cynisme). L’issue de ce nouveau scrutin est par ailleurs très loin d’être acquise, entre autre parce que le camp Remain ressert les mêmes arguments qu’il y a trois ans sur les effets négatifs de la sortie de l’UE, sans message positif pro-européen – on connaît l’issue de cette approche… Il est trop tard pour organiser un tel scrutin avant le 29 mars 2019, une extension du délai de deux ans entre le déclenchement de l’Article 50 et la sortie de l’UE deviendrait donc une nécessité.

C’est là que l’UE a une carte à jouer, car l’extension a besoin de l’approbation des 27 Etats Membres. Si les Britanniques la demandaient, l’UE pourrait « siffler la fin de la récré » : en refusant l’extension, l’UE réduit le choix à deux options : Deal Theresa May v Hard Brexit. En éliminant la possibilité d’un autre référendum, cela forcerait les parlementaires à choisir rapidement entre un Deal Theresa May très imparfait, mais qui assure une relative stabilité et laisse aux entreprises le temps de s’organiser, et la pagaille et le coût économique d’un Hard Brexit.

Comme on dit en anglais, « sometime you have to be cruel to be kind » : devant un pays tétanisé par une crise existentielle, l’UE pourrait aider ses amis britanniques à prendre une décision qu’ils semblent incapables de prendre eux-mêmes.

En passant, cela laisse aussi la porte entr’ouverte à une quatrième option : le retrait pur et simple de la notification de sortie de l’Article 50 par le Royaume-Uni, c.-à-d. l’annulation de Brexit – ce que beaucoup d’européens accueilleraient avec soulagement. Fort audacieux serait celui qui parierait contre cette possibilité, qui semble pourtant appartenir aujourd’hui au monde des unicorns.

Olivier MOREL

23 janvier 2019